Comment se positionner ?

2

De nombreuses situations de travail dégénèrent en raison d’un manque de positionnement. Ce mot m’inquiète depuis longtemps et pour une bonne raison ! C’était l’une de mes grandes difficultés. En toute honnêteté, il en est toujours ainsi, même si aujourd’hui je me vois le faire avec une énorme loupe. Contrairement à ce qui précède, je vois (plutôt je ressens) aussi à quel point le non-positionnement est inconfortable et génère de l’inconfort et de l’inconfort. Très vite, si vous vous écoutez, vous ressentez de la colère, de la culpabilité, de la frustration, de la dévaluation (…) s’accumuler.

Qu’ est-ce que vous positionnez vous-même ?

  • Assumer son rôle (sa place) dans l’organisation du travail. Le positionnement que je suis censé avoir sur papier (carte d’emploi) est-il le même que celui que j’ai réellement sur le terrain ? Si c’est le cas, est-ce que c’est bon pour moi ? Sinon, quelles sont les différences, pourquoi ce décalage et comment y remédier dans un sens ou dans l’autre (en adaptant votre fiche de travail à la réalité ou à la réalité à la fiche d’emploi). En prenant place, en changeant ce qui doit être pour se sentir bien
  • Prenez position, exprimez votre opinion, votre possible désaccord. Cette attitude ou cette opération ne fonctionne-t-elle pas pour moi ? Est-ce que je ne suis pas d’accord avec les reproches qui m’ont été faits ? Je le dis, j’explique pourquoi et les effets pour moi

Comment vous positionnez-vous ?

vous essayez de tourner, vous positionner revient toujours au même point : Bien que osez vous exprimer, dire les choses clairement et positivement. C’est une étape nécessaire. Certains se diront peut-être : pétard, je dis des choses mais ce n’est pas pour ça que ça change !

A lire aussi : Comment utiliser la formation comme outil de fidélisation ?

Oui.

Il y a une façon de dire et de dire. Entrer dans un processus pour se positionner, c’est accepter de regarder et de comprendre la situation dans son intégralité, de son propre point de vue mais aussi du point de vue de l’autre. Cela signifie également assumer votre part de responsabilité et vous remettre en question. Par conséquent, dire des choses ne devient pas un moment d’accusation ou de jugement de ce que l’autre personne dit, fait, pense. Le fait de dire les choses devient l’expression d’une observation factuelle de ce qui se passe et des effets que cela a sur soi-même (« Je ne me sens pas bien », je suis en colère, je suis affligé, je ne comprends pas »), ainsi qu’une invitation au dialogue .

A lire en complément : Comment tenir la comptabilité d'une boulangerie ?

Et puis dire des choses ne signifie pas nécessairement que la situation va changer . Acceptez de faire le pas pour vous-même, de vous sentir mieux dans vos baskets. Sans espoir ni attendre que l’autre personne écoute, écoute, agit. Dans tous les cas, le courage et le dépassement que cette expérience aura exigé de vous seront bénéfiques pour l’avenir, d’une manière ou d’une autre. Et puis, si vous êtes attentifs à vos sentiments et à votre corps, vous ressentirez la différence entre l’avant et l’après.

Un dépassement d’épargne

Le positionnement nous ramène à nos peurs. La peur du jugement, du rejet, des représailles et d’autres qui nous sont personnels. En nous lançant dans l’aventure, nous n’avons aucune certitude quant à l’avenir et aux conséquences.

Mais à travers les accompagnements et mon expérience personnelle, je vois à quel point chaque fois que vous vous positionnez, tout devient plus fluide et plus facile . Les blocages et les malaises augmentent progressivement, le dialogue se renouvelle. L’autre découvre la réalité de ce que vit son interlocuteur et prend conscience de certaines difficultés sur le terrain qu’il n’a pas vu, qu’il ne soupçonnait même parfois même pas. Nous pensons souvent, à tort, que l’autre personne sait ce que nous traversons. Berniquais est une pure croyance.

Dans tous les cas, à la fin de ce processus, quoi qu’il arrive, chacun suivra son chemin avec un pas plus léger et confiant. Parce que tout ce qui arrive à se positionner se libère et se répare.

Elle l’a fait — Témoignage d’Alexandra

Quand Alexandra est arrivée en décembre 2013, elle vivait une situation très difficile dans son poste et dans la relation avec ses gestionnaires. Une situation qui l’a rendue malade et qui aurait pu l’amener à un licenciement si elle n’avait pas eu le courage de se positionner. Dans quelques jours, elle s’envolera pour de nouvelles aventures au sein de la même compagnie, vers une position qui correspond à ses désirs d’évolution.

Son approche a été soutenue par ses gestionnaires, qui amorcent maintenant des changements au sein de l’organisation après avoir pris conscience d’un certain nombre de dysfonctionnements dont elle leur a parlé.

Nous sommes arrivés un peu du chemin ensemble. Pour en savoir plus à travers ses paroles, vous pouvez lire son témoignage