Comment savoir si on a un sommeil réparateur ?

82

Le sommeil réparateur est une des conditions primordiales pour être en bonne santé. Précisons bien le côté réparateur du sommeil, car le fait de dormir trois heures la nuit et trois heures la journée ne vous apportera pas forcément ce sommeil réparateur. Alors comment savoir si on a vraiment passé un sommeil réparateur ? On vous dit tout dans cet article.

Un sommeil réparateur, c’est quoi ?

Le sommeil est défini comme « réparateur » quand on permet au cerveau de bien se reposer. Pour avoir un sommeil réparateur, il faut dormir suffisamment longtemps, et ce, sans interruption pour arriver à la phase de sommeil profond.

A lire aussi : Comment aider l'enfant à bien écrire ?

Quand on dit « dormir assez longtemps », chacun pourra avoir sa notion de « longtemps ». Il est tout de même recommandé à un adulte de faire sept à huit heures d’affilée de sommeil la nuit. Ceci va permettre à l’organisme de faire quatre à cinq cycles de sommeil. Il est à rappeler qu’un cycle de sommeil fait près de 90 minutes et comprend cinq phases dont la phase du sommeil profond.

A voir aussi : Quel spécialiste aller voir pour une maladie Auto-immunes ?

Les signes d’un sommeil réparateur

C’est un sommeil réparateur qui vous garantit d’être en pleine forme le matin. On peut dire que vous avez passé un « sommeil réparateur » si :

  • La nuit, vous vous êtes assoupi en moins de 30 minutes. Vous devez le savoir : si vous vous mettez au lit et que vous prenez plus d’une demi-heure pour vous endormir, vous allez stresser et ceci va encore plus perturber votre sommeil. Pour avoir un sommeil réparateur, on vous recommande d’aller au lit quelques minutes avant votre heure du coucher. Pour ces quelques dernières minutes, on vous déconseille les activités stimulantes et les écrans. Pour vous relaxer, adonnez-vous à une activité relaxante,
  • Vous ne vous êtes pas levé plus d’une fois. Combien de fois vous êtes-vous levé la nuit dernière ? Deux ou trois fois ? Rassurez-vous : même si vous vous êtes levé plus d’une fois, ce n’est pas si grave, mais quelle est la raison de cette interruption du sommeil ? Si c’est une envie pressante, ce n’est pas si grave. On peut quand même considérer que vous avez passé un sommeil réparateur. Cependant, le côté « réparateur » n’est pas au rendez-vous si vous vous êtes réveillé, car vous avez mal digéré votre dîner ou encore si vous avez ressenti un inconfort ou une douleur,
  • Vous vous êtes rendormi en moins de 20 minutes. Au-delà des 20 minutes d’éveil la nuit, on ne peut plus vraiment parler de sommeil réparateur. En effet, suite à l’envie pressante, si vous êtes bien détendu, vous ne devez pas avoir de difficultés à vous rendormir. Chez les personnes âgées, le temps nécessaire pour retrouver le sommeil peut dépasser les 20 minutes, mais ce n’est pas si grave s’il atteint les 30 minutes. D’ailleurs, lorsque vous revenez au lit, ne soyez pas tenté de prendre le téléphone pour voir s’il y a une notification. Ce petit geste peut perturber votre sommeil,
  • Vous dédiez une bonne partie du moment au lit au sommeil. Normalement, les experts fixent 85% du temps au lit au sommeil. On peut donc dire que vous avez eu un sommeil réparateur si vous avez bien dormi pendant les 85% du temps passé au lit. Même si la lecture est considérée comme une activité relaxante, on ne recommande pas vraiment de le faire au lit et d’arrêter la lecture au moins 10 minutes avant d’aller vous coucher pour éviter de stimuler l’intellectuel.

Pour profiter d’un sommeil réparateur, il faut éviter d’aller se coucher avec des pensées plein la tête. Ceux-ci génèrent le stress et l’anxiété, ce qui perturbe le sommeil. Même si vous avez sommeil, le stress et l’anxiété risquent de vous réveiller la nuit. Pour dormir détendu, buvez une petite tisane de camomille et pratiquez une activité relaxante comme la méditation.