Qui réalise la plus grande part de marche en assurance non vie ?

2

L’entrée d’Eurofins Scientific dans l’indice CAC 40 depuis le 17 septembre constitue-t-elle une consécration ?

Gilles Martin : Cette entrée dans le CAC 40 est une étape importante dans l’histoire du Groupe. C’est un succès en soi qui rend hommage à tous les efforts déployés par nos équipes depuis la création de l’entreprise en 1987.

Lire également : Quelle voiture pour des longue distance ?

Eurofins Scientific est l’un des groupes européens cotés en bourse qui connaît la croissance la plus rapide. Depuis 1988, son chiffre d’affaires a augmenté de 32 % par an (en moyenne composé), grâce à sa croissance organique et à ses acquisitions. En outre, le cours de son action a augmenté de plus de 30 % chaque année (en moyenne composé) depuis son premier appel public à l’épargne en octobre 1997.

Aujourd’hui, Eurofins est un leader mondial sur un grand nombre de marchés sur lesquels elle opère et poursuit sa mission de contribuer à un monde plus sûr et plus sain en fournissant à ses clients des services de laboratoire, de recherche et de conseil innovants et de haute qualité, tout en créant des opportunités pour ses employés et en générant une valeur durable pour ses actionnaires. Cette mission n’a jamais été aussi cruciale qu’aujourd’hui, où le Groupe a fait preuve d’agilité et d’innovation, développant rapidement de nouvelles solutions de test pour lutter contre la propagation du Covid-19 et de ses variantes.

A voir aussi : Où trouver mon espace véhicule sur ants ?

Fondé par vous-même en 1987 à Nantes, le laboratoire a beaucoup changé. Quel a été le secret de votre succès ?

G.M : Eurofins a été créé en 1987 pour industrialiser et commercialiser une méthode analytique brevetée pour vérifier l’origine et la pureté de nombreux aliments et boissons. En un peu plus de 30 ans, nous sommes passés d’une start-up à un réseau international de 900 laboratoires, employant 55 000 personnes en Europe, aux États-Unis, en Asie-Pacifique, en Amérique du Sud et en Afrique. Le choix de la décentralisation des entités a permis au Groupe de développer un niveau d’agilité unique dans son secteur et qui s’est avéré très efficace dans la lutte contre le Covid-19.

Après la phase de lancement d’Eurofins, nous nous sommes consacrés à l’élargissement du portefeuille technologique en acquérant des laboratoires dotés de technologies uniques et d’un savoir-faire ayant un potentiel d’influence internationale. Par la suite, nous avons acquis des positions de leader dans nos trois activités principales (analyses alimentaires, pharmaceutiques et environnementales), mais également dans des segments de marché clés tels que l’information génomique et l’analyse des contaminants.

Ce qui nous a renforcés, c’est le développement de notre infrastructure logicielle pour soutenir nos différentes activités et gagner en productivité et en efficacité tout en développant et en spécialisant nos différents sites, ce qui a conduit à une croissance accrue et à une amélioration des marges grâce aux économies d’échelle les plus appropriées. et des mesures de réduction des coûts.

Nous avons également harmonisé notre plateforme technologique et bénéficions donc d’un système logistique de pointe. Toutefois, nous continuerons d’élargir notre portefeuille de technologies et de couverture géographique afin d’offrir le meilleur service en termes de qualité et de répondre le plus efficacement possible aux demandes de nos clients.

Notre secret réside donc dans notre politique d’amélioration continue de nos processus et services, qui vise à offrir la meilleure qualité possible et à répondre efficacement aux demandes les plus spécifiques de nos clients, tout en maintenant une approche durable et respectueuse de l’environnement et des critères ESG.

Diriez-vous que la crise sanitaire a accéléré le développement d’Eurofins Scientific ?

G.M : En 2020, Eurofins a répondu rapidement et efficacement au défi mondial du Covid-19 en créant une capacité d’aider plus de 20 millions de patients susceptibles d’être affectés par le virus sur une base mensuelle, grâce à des produits et services analytiques de qualité et en soutenant directement les professionnels de la santé qui travaillent en première ligne pour lutter contre le virus.

Le Groupe a mis en place de vastes capacités de test PCR et a réalisé plus de 25 millions de tests dans ses propres laboratoires. Eurofins soutient également le développement d’un certain nombre de vaccins et a également mis en œuvre des programmes de test, de surveillance et de conseil SAFER @WORK™ pour aider à garantir des environnements, des voyages et des événements plus sûrs pendant cette crise sanitaire.

Il est donc de plus en plus évident que les développements liés à la pandémie se sont intensifiés dans le passé et qu’ils vont stimuler une accélération de la demande de services Eurofins dans les années à venir.

Toutefois, la crise sanitaire n’a pas été le seul moteur de l’accélération du développement d’Eurofins. Nos activités directement liées à notre cœur de métier ont également connu une reprise plus rapide que prévu et par conséquent un retour à la normale avant COVID. Notre cœur de métier a donc contribué à l’établissement d’objectifs financiers nouveaux et améliorés pour les années à venir.

devrions-nous pas craindre une baisse des revenus liés aux tests covid au cours des prochains trimestres ? Ne

G.M : En 2021, nous avons révisé nos objectifs pour cette année sur la base d’hypothèses prudentes concernant l’activité liée au Covid-19, prévoyant un chiffre d’affaires total de 6,15 milliards en 2021, dont 1 milliard lié aux tests Covid-19.

Nous avons également fixé des objectifs prudents pour 2022 et 2023, sans tenir compte de toute contribution aux revenus tirés des tests Covid-19. Tout revenu lié au Covid-19 représenterait donc une opportunité de croissance par rapport à nos objectifs actuels, qui reposent uniquement sur la performance de nos activités liées à notre cœur de métier (à l’exclusion des revenus des tests cliniques et des réactifs liés au Covid-19).

Quel est votre point de vue sur cette crise ? Faut-il s’habituer à vivre avec l’émergence des virus ?

G.M : La crise sanitaire du Covid-19 nous a apporté beaucoup d’expertise en matière de détection de virus.

Nous allons profiter de l’expérience cumulée et acquise grâce au développement de tests liés au dépistage de la Covid-19 afin d’introduire de nouveaux tests pour d’autres virus à faible coût. Par exemple, jusqu’à présent, la majorité des tests effectués dans l’industrie alimentaire concernaient uniquement les bactéries, les virus étant rarement testés, voire pas du tout. Cependant, environ la moitié des intoxications alimentaires sont causées par des virus plutôt que par des bactéries, de sorte qu’une augmentation des tests de dépistage des virus alimentaires serait bénéfique pour la société dans son ensemble.

Eurofins reste donc prêt à répondre très rapidement à toute nouvelle crise de santé publique provoquée par de nouveaux agents pathogènes et s’efforce d’améliorer continuellement l’utilisation de ses laboratoires pour y répondre rapidement et efficacement.

Eurofins Scientific est-il aujourd’hui un spécialiste complet de la bioanalyse positionné sur ses trois marchés de la santé, de l’environnement et de l’alimentation ? Quels sont les domaines d’amélioration à entreprendre à la fois du point de vue géographique et de l’expertise ?

G.M : Eurofins « test pour la vie ». Nous sommes le leader mondial dans le domaine de l’analyse des produits alimentaires, environnementaux, pharmaceutiques et cosmétiques ainsi que dans les services de recherche contractuelle (CRO) en agro-science. Nous sommes également l’un des leaders du marché de certains tests et services de laboratoire dans les domaines de la génomique, de la pharmacologie de découverte, de la médecine légale (médico-légale), de la science avancée des matériaux et du soutien aux études cliniques, et nous avons une présence mondiale émergente dans le développement et la fabrication sous contrat de médicaments (CDMO). Le groupe est également très présent dans le domaine des diagnostics cliniques hautement spécialisés et moléculaires et des produits de diagnostic in vitro.

Notre objectif est de fournir à nos clients des services de haute qualité, des solutions innovantes et des résultats précis dans les délais impartis. Eurofins est idéalement positionné pour répondre aux normes de qualité et de sécurité de plus en plus strictes de ses clients et aux exigences croissantes de les autorités réglementaires, ainsi que les besoins des professionnels de santé du monde entier.

Eurofins a connu une très forte croissance depuis sa création et notre stratégie consiste à continuer d’étendre notre portefeuille technologique et notre couverture géographique. Grâce à notre R&D et à nos acquisitions, nous continuons de nous appuyer sur les dernières avancées de la biotechnologie et de la chimie analytique pour offrir à nos clients des solutions analytiques uniques.

Depuis la création d’Eurofins, nous avons réalisé plus de 400 acquisitions pour élargir notre portefeuille de méthodes analytiques. Nous continuerons de faire de nouvelles acquisitions à l’avenir pour élargir notre portefeuille de tests et générer des économies d’échelle qui nous permettront de continuer à fournir un excellent service à des prix attractifs.

D’un point de vue géographique, la région Asie-Pacifique connaîtra une croissance considérable dans les années à venir. Au cours de la prochaine décennie, nous chercherons à rééquilibrer nos revenus entre l’Europe, l’Amérique du Nord et le reste du monde.

Y a-t-il une forte concurrence dans le secteur de la bio-analyse, ou est-ce encore atomisé ?

GM : Le secteur des tests bio-analytiques reste très fragmenté. Eurofins a contribué à consolider le marché des analyses de laboratoire depuis des décennies, ce qui a permis de réaliser des économies d’échelle et d’améliorer le service à nos clients.

Depuis deux ans, le groupe a priorisé son désendettement en réduisant ses ambitions en termes de croissance externe ? Allez-vous être plus offensant ? Quelle est votre marge de manœuvre financière ?

G.M : En 2020 et 2021, le Groupe s’est concentré sur le soutien à la lutte contre le Covid-19. Par conséquent, nous avons réalisé moins de fusions et acquisitions par rapport à 2018 et 2019. Cependant, nous nous sommes également concentrés sur l’intégration des acquisitions passées, la finalisation de notre infrastructure de laboratoire, le déploiement de solutions informatiques sur mesure et la poursuite des efforts visant à améliorer les marges et la génération de trésorerie.

Au cours des deux dernières années, nous avons pu réduire considérablement notre dette et notre levier financier, en partie grâce aux contributions supplémentaires de nos activités liées à la Covid-19. Nous disposons désormais d’une grande flexibilité financière, car nous avons considérablement désendetté et disposons d’une quantité importante de liquidités pour continuer à investir dans notre croissance et pour profiter des nouvelles opportunités de marché qui s’ouvriront à nous après la pandémie.

Eurofins Scientific est au cœur du thème d’un monde plus sain et plus durable. Comment mettre en œuvre cette politique ESG en interne ?

G.M : La prise en compte des critères ESG a toujours été un élément important de l’évolution de la stratégie du groupe Eurofins, qui est aujourd’hui le leader mondial du « Testing for Life ». Au fil des ans, nous sommes devenus un véritable catalyseur ESG : qu’il s’agisse d’améliorer la santé globale, d’aider nos clients à garantir la sécurité alimentaire ou de réduire leur impact environnemental, nous sommes convaincus que la durabilité a toujours été au cœur de nos activités.

Cette conviction se reflète dans les activités quotidiennes de l’entreprise et est soutenue par le travail de nos employés, qui s’engagent systématiquement à trouver et à développer des solutions innovantes et durables, tant au sein de notre entreprise que pour nos clients.

Aujourd’hui, la position de leader du Groupe sur ses marchés nous permet de concentrer encore plus d’efforts sur notre stratégie ESG. Nous avons donc récemment développé une feuille de route qui vise à mettre en place un programme de développement durable ambitieux et structuré pour les années à venir.

Ce programme a été lancé en 2020, avec notamment la publication d’un rapport de durabilité, l’intégration des objectifs ESG dans la performance et la rémunération des dirigeants d’Eurofins, l’évolution du conseil d’administration avec la nomination de deux nouveaux administrateurs indépendants et la réalisation du genre parité. De plus, nous ont lancé l’initiative mondiale Equality and Diversity Excellence et ont réussi à tripler le budget de la Fondation Eurofins. Nous avons également accéléré nos engagements climatiques pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2025, avec la création d’une équipe d’experts responsables des efforts du Groupe en matière de changement climatique.

Quelles sont vos perspectives pour cette année et à long terme ?

GM : Nos perspectives commerciales restent très solides dans presque tous nos domaines d’activité. L’accent mis par Eurofins sur les tests à vie, sur les investissements réalisés depuis plus de 10 ans pour se positionner en tant que leader mondial et le réseau inégalé de laboratoires de pointe fournit une base solide pour une croissance rentable dans la période post-pandémie.

Il est de plus en plus évident que l’évolution de la pandémie entraînera une demande croissante de services d’Eurofins dans les années à venir. Eurofins a donc l’intention de continuer à augmenter sa part de marché, améliorer l’utilisation de ses laboratoires tout en visant une amélioration progressive des marges de rentabilité de ses laboratoires et en restant prêt à répondre très rapidement à toute nouvelle crise de santé publique.

À l’avenir, Eurofins entend continuer à investir de manière significative afin de devenir le membre le plus numérisé et le plus innovant de son secteur et de participer de manière significative à l’évolution de son secteur d’activité et aux nouveaux marchés résultant des nombreuses avancées scientifiques récentes en génomique, la protéomique et les sciences de la vie.

Rappelez-vous la politique du groupe en matière de distribution de dividendes ?

GM : Le Groupe n’a pas de politique officielle de distribution des dividendes, mais nous distribuons traditionnellement environ 20 à 30 % des bénéfices annuels déclarés à nos actionnaires.

En mars 2021, le Groupe a déclaré aux actionnaires des dividendes de 0,68 euro par action ordinaire.